Source : REM

Réseau express métropolitain (REM)

Le plus grand projet de transport collectif des 50 dernières années au Québec

Actuellement en construction, le projet de Réseau express métropolitain (REM) est mené par CDPQ Infra, une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il transformera considérablement l’offre de services dans la région métropolitaine de Montréal en y ajoutant un réseau de transport collectif long de 67 km, desservi par un métro léger automatisé et électrique.

Plus de 250 000 personnes et quelque 100 000 emplois se trouveront à proximité immédiate de ce mode de transport structurant, rapide et fiable, et on estime que plus de 60 000 usagers utiliseront le REM en période de pointe du matin. Le REM sera en service 20 heures par jour, 7 jours sur 7, avec des fréquences de 2,5 minutes aux heures de pointe. Ses 26 stations seront universellement accessibles et équipées d’ascenseurs. Le REM offrira un lien direct vers l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau à partir de la Rive-Sud, du centre-ville, de l’Ouest-de-l’Île de Montréal ainsi que depuis le secteur de Deux-Montagnes.

Présente dans plus de 70 villes à travers le monde, la technologie de métro léger entièrement automatisé et 100% électrique du REM est un gage de fiabilité et de sécurité répondant aux standards les plus élevés. Le REM sera géré par un centre de contrôle qui veillera en permanence au bon fonctionnement des équipements.

Mesures d’atténuation

Apprenez-en plus sur les services alternatifs mis en place pendant les travaux du REM sur le site de Mobilité Montréal.

Plan du tracé du Réseau express métropolitain (REM)

Défilez pour consulter

Source : REM

Gestion du projet à l’échelle métropolitaine

Le REM fait partie intégrante du Plan stratégique de développement du transport collectif. CDPQ Infra collabore avec l’ARTM, qui est responsable de planifier l’intégration des services du REM au réseau de transport collectif de la région métropolitaine en matière d’information voyageur, de tarification, d’harmonisation des horaires de services et d’aménagement des lieux de correspondance. L’ARTM planifie et contractualise aussi les services de transport collectif nécessaires à l’atténuation des impacts causés par la construction du REM.

L’ARTM coordonne ainsi avec les sociétés de transport l’intégration et la synchronisation de l’offre de services du REM dans l’offre métropolitaine, afin d’optimiser le réseau en exploitant toutes les opportunités de synergie avec les autres modes, notamment le métro, le bus, le train, mais aussi les modes actifs. En plus de ses trois connexions au métro, soit aux stations Bonaventure, McGill et Édouard-Montpetit, le REM sera intégré aux réseaux de bus et de trains de banlieue avec trois terminus métropolitains, neuf boucles de bus répondant aux standards d’opération des organismes publics de transport en commun (OPTC) et une station intermodale facilitant la correspondance avec le train de Mascouche. L’accès aux stations à pied ou à vélo sera facilité et le déploiement de stations BIXI est à l’étude. L’offre de mobilité intégrée autour des stations combinera, en plus des modes actifs de transport, des services d’autopartage et de covoiturage.

Pour tous ces aspects, l’ARTM assure la liaison entre CDPQ Infra, les municipalités où le REM est implanté, les OPTC et le gouvernement du Québec.

Depuis sa création en 2017, l’ARTM a la responsabilité d’établir les tarifs des transports collectifs sur son territoire. Cette compétence exclusive vise particulièrement à favoriser l’intégration tarifaire de l’ensemble des services de transport collectif de la région métropolitaine de Montréal afin d’en simplifier l’accès pour les usagers, y compris ceux à mobilité réduite. L’ARTM est aussi responsable de la perception et de la gestion des revenus tarifaires, et donc de fournir et d’installer les équipements de vente et perception des titres de transport dans les 26 stations du REM.

Échéancier et budget

Le REM est en phase de réalisation. Les premiers départs sont prévus en 2022 sur le segment Rive-Sud / Gare Centrale. Le reste du réseau sera mis progressivement en service jusqu’en 2024.

Le budget du projet est de 6,5 milliards de dollars, financé par CDPQ Infra, le gouvernement du Québec, un prêt de la Banque d’infrastructure du Canada (BIC), Hydro-Québec et l’ARTM.

Faits saillants

de réseau et une technologie fiable et sécuritaire.

Un métro léger entièrement automatisé et 100 % électrique.

Une flotte de 212 voitures, spécialement adaptées pour le climat de Montréal.

WiFi, chauffage et climatisation.

Capacité de 780 personnes par départ.

Service offert 20 heures par jour, 7 jours sur 7.

26 stations universellement accessibles, dont trois permettant une correspondance avec le réseau de métro.

Une architecture moderne et lumineuse, des bâtiments confortables et sécuritaires.

Une gare de correspondance avec le train de banlieue située près de la Gare Ahuntsic en direction du centre-ville.

boucles de bus.

Trois terminus métropolitains.

Trajet du centre-ville à l’aéroport en 20 minutes.