De grands projets d’infrastructures, qui s’inscrivent tous dans le cadre du Plan stratégique de développement du transport collectif de la région métropolitaine de Montréal, sont en cours sur le territoire de l’ARTM.

Ces projets complexes, de grande envergure, supposent pour leur réalisation la collaboration de multiples parties prenantes, dans une perspective métropolitaine.

Fermement engagée sur la voie de la mobilité durable, l’ARTM agit comme catalyseur de ces forces vives et s’assure de la cohérence des efforts et d’un résultat qui permettra une expérience de qualité, répondant aux besoins de tous les citoyens de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Ces projets, une fois terminés, offriront de nouvelles options en matière de mobilité. D’importants bénéfices sont attendus :

  • Réduction du temps de parcours entre les différents pôles de la région;
  • Hausse de l’utilisation du transport collectif;
  • Diminution de la congestion automobile et des émissions de GES;
  • Amélioration de l’environnement urbain et des milieux de vie.

Le rôle et les responsabilités de l’ARTM varient en fonction des projets et sont déterminés notamment par la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique.

Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique

Le cheminement d’un projet soumis à cette directive comporte les deux phases suivantes :

Phase d’élaboration au cours de laquelle une fiche d’avant-projet doit être produite. Celle-ci doit comprendre la description du besoin auquel le projet doit répondre, la démonstration que seule une solution d’infrastructure publique peut y répondre et l’estimation préliminaire du coût total du projet envisagé ainsi que la stratégie de financement proposée;

Phase de gestion de projet qui comporte les étapes suivantes :

  1. Le démarrage, au cours duquel on évalue la pertinence du projet par rapport au besoin exprimé et le mode de transport à privilégier dans
    le respect des enveloppes d’investissement établies;
  2. La planification, au cours de laquelle doit être élaborée la portée du projet, y compris la structure de découpage de ce projet, l’analyse
    des exigences fonctionnelles et techniques ainsi que le processus envisagé pour la gestion des modifications. Un échéancier et un budget
    précis doivent aussi être établis;
  3. La réalisation, et donc la construction, au cours de laquelle des rapports sommaires de l’état d’avancement du projet doivent être produits;
  4. Un rapport de clôture, à la suite de la réception formelle de l’infrastructure publique.